LE PHOQUE MOINE DE MEDITERRANEE
Monachus monachus

Par Angela Caltagirone.

 

Le phoque moine de Méditerranée Monachus monachus est un mammifère marin, appartenant au groupe de Pinnipèdes.

Autrefois largement répandu en Mer Noire, dans tout le bassin Méditerranéen et sur la côte Atlantique Nord-Ouest de l'Afrique jusqu'à la péninsule du Cap Blanc en Mauritanie, sa population est maintenant réduite à quelques groupes dispersés, sous la menace permanente d'une extermination. Actuellement en Méditerranée, il existe une population d'environ 100-150 phoques, dispersée entre les innombrables îles de la Mer Égée. Partout ailleurs, en Méditerranée nord-occidentale, en Adriatique, en Méditerranée orientale, à Madère dans l'Atlantique, les groupes de phoque moine sont réduits à quelques individus.

    

Sur la côte atlantique saharienne subsiste encore la plus importante population mondiale de l'espèce. Composée d’environ trois cent individus jusqu'à mai 1997, elle est actuellement réduite à une centaine d'individus.

A l'exception de certaines localités de la côte saharienne atlantique, le phoque moine occupe toujours des zones côtières rocheuses dans son aire de distribution actuelle. Son habitat formé généralement de grottes, constitue un refuge pour l’espèce qui a probablement dû adapter son lieu de repos à terre au cours des temps en fonction des menaces.

Son pelage est de coloration à peu près uniforme, variable du fauve clair au brun foncé, plus claire sur la face ventrale. Les poils sont courts, d'un demi-centimètre environ, formant un pelage ras. Chez les nouveau-nés, les poils sont plus longs, d'aspect laineux et de couleur franchement noir. Autour de la région ombilicale se trouve généralement une large tache blanche (caractéristique de l'espèce), dont la forme peut être très variable suivant les individus. La tête est de forme arrondie, avec un net décrochement de profil, entre le museau et le crâne.

Le régime alimentaire apparaît très diversifié, et présente des dominantes selon les espèces les plus abondantes dans un endroit donné (poissons, céphalopodes et crustacés). Du fait de ses performances très moyennes en plongée (6 minutes à 10 mètres et 3 minutes à 30 mètres), le phoque moine recherche sa nourriture à une profondeur comprise entre 0 et 100 mètres, principalement dans les quarante premiers mètres.

     Le phoque moine est une espèce menacée d'extinction, il fait parti de la liste des douze espèces animales les plus menacées de disparition du globe, selon l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). C’est en 1978, que l’on commence à prendre conscience de son déclin : si en 1980, il ne restait plus que 600 à 1 000 individus, dix huit ans plus tard la population mondiale n'est plus que de 200 à 300 individus!! Il est d’ailleurs aujourd'hui presque impossible d'observer des phoques moines en Méditerranée. Ce paisible et sympathique animal est en passe de devenir un mythe.

Les causes du déclin du phoque moine sont toutes liées à l'action de l'homme. En dehors des croyances et intérêts mercantiles du passé, les principales causes de sa disparition sont liées à l'attitude des pêcheurs et à la disponibilité trophique. La Méditerranée est une mer fragile dont la productivité biologique est inférieure à celle de l'Atlantique, si à cela on ajoute la surexploitation des stocks de poisson, on peut se rendre compte de la difficulté pour le phoque moine à se procurer la nourriture dont il a besoin. Il est pourchassé (abattu à coup de fusil ou autre) par les pêcheurs qui le considèrent comme un compétiteur et qui lui reprochent, en outre, de venir manger dans leurs filets en les détériorant. D’autre part, la forte expansion touristique et industrielle du littoral, la pollution des zones où il vit, contribuent également au déclin des populations en réduisant la ressource et l'habitat disponibles.

Divers organisations internationales (CEE, IUCN, etc.) se mobilisent depuis plusieurs années pour la sauvegarde du phoque moine, la tâche à accomplir est très lourde, compte tenu de la longueur de mise en oeuvre effective des mesures adoptées.

 

Pour en savoir plus : soltan@com.univ-mrs.fr