Association Ganeko


11 Juillet 1999 : 1ère plongée.

Ca y est, c'est fait ! Le 11 juillet dernier, une plongée de reconnaissance a eu lieu sur l'épave d'un grand cargo inconnu, gisant à 110 mètres de profondeur, à une vingtaine de milles du cap Béar. Il pourrait s'agir du "Ganekogorta-Mendi", cargo basque coulé en 1916 par le fameux sous-marin allemand U 35. Pour ce premier contact avec l'épave, un seul plongeur "fond", Benoît Poinard. Car François Brun et Patrice Strazzera ne sont pas disponibles et Ludovic Giordano, l'équipier habituel de Benoît, assiste à une autre première : la naissance de son enfant.


Le Ganekogorta-Mendi ©



Pas question pour autant de repousser la plongée : le bateau a déjà été loué, les plongeurs d'assistance prévenus et pour une fois, la météo est favorable.


Enfin, l'épave se dévoile au sondeur.
C'est la fin de deux heures d'angoisse



Après une heure et demie de trajet et près de deux heures angoissantes passées à localiser l'épave, Benoît se met à l'eau.

Ben se concentre avant sa pointe

Heureusement, c'est plus facile à porter dans l'eau !!!

Sur le papier, le scénario est simple : il part avec un Bi 18 de trimix (60% He, 12 % O2, 28 % N2), deux relais 12 l de Nitrox 40 et une petite bouteille de 3 litres d'air pour gonfler le vêtement sec. Pour les derniers paliers, installés sur le mouillage : deux Nitrox 50 et 65 et une B20 d'O2. Temps prévu au fond : entre 10 et 15 minutes selon la profondeur qu'il atteindra (110 ou 100 mètres).


Paliers à 24 mètres

Paliers à 24 mètres

Dialogue entre Ben et Hervé. Premières informations sur l'épave !

Mais si en surface les conditions sont idéales malgré un petit courant de sud, il n'en va pas tout à fait de même au fond. Comme souvent dans la région, la visibilité est très médiocre, et ne dépasse guère trois ou quatre mètres. Pour ne rien arranger, toutes les superstructures sont recouvertes de filets abandonnés, dont un a piégé un dauphin : un amas d'os est encore là pour en témoigner. Benoît progresse donc avec d'infinies précautions et n'explore qu'une vingtaine de mètres autour du mouillage.
Paramètres de la plongée : 15' à 103 mètres, trois heures d'immersion.


Sortie de l'eau, trois heures après l'immersion.
La profondeur a eu raison d'une lampe frontale.



Vivement la prochaine plongée, avec cette fois les images du fond !



Hervé Levano (au centre), plongeur d'assistance,
avec un journaliste : "Vous pouvez répéter la question?"




Ganeko or not Ganeko ?

Est-ce bien du "Ganekogorta-Mendi" qu'il s'agit ? Il pourrait aussi être question de "l'Estérel", coulé en 1917 dans la même zone par le sous-marin allemand U52. D'après ce qu'a pu en voir Benoît, le navire est encore en bon état et ne semble comporter aucune trace d'impact. Ce qui "collerait" bien avec le fait que le "Ganekogorta-Mendi" ait été coulé par l'ouverture des prises d'eau de sa machine : il a sombré en seul tenant.
"L'Estérel" a, si l'on peut dire, eu moins de chance. Il a encaissé deux torpilles, dont une dans la salle des machines, qui a aussitôt explosée. Son épave doit être en piteux état, et pourrait être coupée en deux. Or pas de traces des deux parties au sondeur. À priori, donc, misons sur le "Ganekogorta-Mendi".
Mais Ben n'en ayant exploré que le cinquième (l'épave mesure 100 mètres de long), impossible de parier avec certitude. En Basque, "Ganekogorta-Mendi" veut dire "grande montagne silencieuse". Espérons qu'elle sera un peu plus loquace la prochaine fois.


Présentantion de l'association :

L'association Ganeko a été créée en 1999 par une équipe de plongeurs expérimentés, passionnés par les explorations profondes en plongée souterraine et sous-marine. Elle s'articule autour de deux axes de recherches:
Les explorations s'accompagneront d'une médiatisation importante: photographies, articles de presse et reportages télé.

En savoir plus sur l'association...


Remerciements :



Recherche de sponsors :

L'équipe lance un appel aux fabricants, magasins spécialisés, mécènes, etc. susceptibles d'apporter un soutien financier et/ou logistique (caméras vidéo, mélanges) aux prochaines explorations.
Contacter :



A lire :



Cette page a été visitée fois