La troisième vague

Par Cédric Verdier

 

Contrairement à des idées souvent reçues mais rarement analysées, les plongeurs du 3ème âge sont nombreux, heureux et actifs. La plongée en tant qu'activité de loisir, n'est pas réservée à une élite physique.
Mais à chacun sa pratique. En fonction de ses capacités physiques, pas question donc de nager 400 mètres en surface contre le courant ou de porter un douze litres dans les rochers. Mais avec un minimum d'adaptation et de bonne volonté, tout est possible pour des gens qui supportent allègrement la visite complète en deux jours de tous les châteaux de la Loire, sous l'œil réprobateur d'un guide marathonien et polyglotte.

Et force est de constater que certains professionnels de la plongée commencent à lorgner avec insistance vers ces plongeurs potentiels. Ces futurs amateurs d'excursion subaquatiques ont des atouts qui font souvent cruellement défaut aux autres plongeurs : le temps et les moyens. Tant qu'à la volonté d'avoir une retraite active, elle est souvent très présente chez ceux qui oublient même parfois que le physique ne suit plus comme avant. On ne voit pas encore de publicité vantant les charmes de la plongée dans des magazines spécialisés tels que « Notre temps » ou « Le temps retrouvé », mais l'on voit déjà des moniteurs de plongée se spécialiser dans cette clientèle particulière, souvent sur des bateaux de luxe. Dans une ambiance digne de « La croisière s'amuse », des moniteurs qui eux non plus ne sont plus des gamins, initient des baigneurs aux cheveux blancs aux charmes du snorkeling et de la plongée scaphandre.

La plongée en tant qu'activité pratiquée par nos aînés demande certains aménagements, en particulier au niveau du matériel. Mais c'est surtout une question de mentalité, de patience et d'adaptation de la part du moniteur. Une question de volonté de fer aussi. Car il est en effet difficile d'imposer un semblant de discipline et d'obéissance à quelqu'un qui ne vous écoute pas et dont le sourire malicieux vous rappelle la grand-mère qui vous préparait des gâteaux.

(Paru dans Plongée Magazine)