L'araignée tisse sa toile

Par Cédric Verdier

 

Travailler dans le secteur de la plongée peut prendre différents aspects - L'un des plus surprenants, parce que des plus nouveaux concerne les prestataires de services sur Internet - Une société grenobloise, Aquanaute.com exploite ce créneau très particulier.

Depuis quelques mois, voire quelques années pour les précurseurs, une véritable activité liée à la plongée sévit sur le Web sous toutes ses formes. Mais créer un serveur polymorphe lié à la plongée n'est pas chose facile. L'un des plus importants en ce domaine, tout au moins en langue française est sans conteste aquanaute.com qui s'est fait connaître par les informations qu'un groupe de passionnés publie sous le titre « Plongez Loisir ! ». C'est un endroit où l'on trouve des adresses, des articles, des opinions et des informations sur tout ce qui touche de près ou de loin à la plongée.

A l'origine, comme toujours, on trouve un groupe d'amis plongeurs qui décident de mettre en place un site Internet sur leur passion la plongée. Grâce au soutien logistique de la société Neptune Internet Service, Frédéric Vigier, Bruno Demeilliez et quelques amis, tous férus d'informatiques créent l'ébauche de ce premier site en Juillet 96. Tous d'apparence sage et posée, on est bien loin de l'image d'individus perdus dans leur ordinateur, à mi-chemin entre les pirates informatiques aux cheveux longs et les Web surfeurs dégénérés issus d'une culture parallèle.

En décembre de la même année, ils décident de passer réellement à l'étape suivant et de lancer leur propre domaine afin d'accueillir de nouveaux sites dédié au monde de la mer. «Nous sommes partis du constat suivant : Etre sur Internet, c'est bien mais il faut encore que les internautes puissent trouver le site. D'où l'idée de créer un domaine au non évocateur et qui propose de rassembler les sites traitant du même sujet». Aujourd'hui aquanaute.com comprend les 7 sites de différentes associations et prestataires de service. Pour Bruno, le Webmaster «Il y a actuellement sur le domaine près de 900 pages ! Eh oui, cela commence a faire... Et pourtant, il reste tellement à faire. On a plus d'idées que de temps pour les réaliser. Par exemple, nous venons de créer deux mailing lists sur la photo et la plongée Tek. Tout cela nous demande entre 30 et 40 heures de travail hebdomadaire chacun. Et nous avons un métier à côté !» (Note : une mailing list est un lieu de discussion ou les échanges se font par courrier électronique).

D'un point de vue économique, aquanaute.com est un prestataire de services qui héberge sur son domaine des sites liés à la plongée. Pour Frédéric, le gérant « L'Internet bouscule beaucoup d'habitudes, notamment économiques. Contrairement à une revue papier ou même un service Minitel, la culture Internet veut que la lecture des informations soit gratuite. La totalité des services que nous proposons aux lecteurs, suit cette logique, tout est gratuit... De même, les espaces publicitaires ne peuvent être calqués sur les schémas traditionnels sous peine de faire fuir les lecteurs. Tout reste à créer ». Cette société est une SARL de presse d'un genre assez particulier. « lancer la première SARL de Presse française à ne publier que sur Internet ne s'est pas fait sans quelques inconnues. Il n'y avait rien d'adapté au média Internet, car rien n'y est figé et l'on peut tout faire évoluer au jour le jour. Actuellement encore, nous essuyons quelques plâtres administratifs ! »

Mais cela fonctionne et ce domaine enregistre l'un des plus forts taux de fréquentation en ce qui concerne la plongée en langue française. Rien qu'au mois de Janvier de cette année, plus de 3700 personnes se sont connectées à aquanaute.com, soit 120 personnes par jour en moyenne. « Les internautes intéressés sont à 60% français, avec aussi des belges (3%), des canadiens (4%) et des suisses (3%). Il y a ceux qui débutent la plongée, ceux qui cherchent des infos et ceux qui rêvent sur les photos. Mais nous étions conscients dès le début que le taux d'équipement des foyers en ordinateurs et en accès à Internet n'en était qu'aux balbutiements ».

Tant qu'à parler de vivre réellement de cette activité, la réponse a été « Nous ne visons pas une réelle rentabilité économique à court terme. Nous nous employons d'abord à consolider les conditions qui font que nos clients annonceurs trouvent un public toujours plus important ». Une affaire de passionnés, en somme...

(Paru dans Plongée Magazine)