Mais pourquoi en veut-on tellement aux JEPE ?

Cet article nous a été envoyé par René Beretz.

 



L'objectif des JEPE

Les JEPE (Journées Européennes de la Plongée des Enfants) se sont créées en 1991 à l'initiative de l'ARPE, du CISN Val d'Oise et de Nausicaä.
L'Association de Réflexion pour la Plongée des Enfants (ARPE) œuvre depuis 1986 pour favoriser les échanges entre moniteurs et éducateurs dans le domaine de la plongée pour enfants. Ses activités se répartissent entre les études, recherches et publications, la formation de cadres et la promotion des activités pour enfants.
Le CISN Val d'Oise enseigne la plongée aux enfants depuis 1981. Il s'est spécialisé dans l'accueil des enfants à partir de 6 ans qu'il forme lors de deux séances de piscine hebdomadaires. Il organise régulièrement des séjours en mer et un voyage outre-mer tous les deux ans pour tous ses adhérents.
Nausicaä, Centre National de la Mer, accueille des centaines de milliers de visiteurs chaque année à Boulogne-sur-Mer. Il diffuse un message fort de gestion raisonnée de la mer autour d'aquariums et d'animations variées. Il vient d'ouvrir une importante extension avec un lagon tropical et un bassin pour les lions de mer.


L'objectif des JEPE consiste à faire découvrir aux jeunes le patrimoine maritime par l'intermédiaire de leur sport favori ; la plongée.
Paule Camdoras Vouland et Jean-Jacques Gauthier, directeurs des JEPE, définissent ainsi la mission de la manifestation :
" Pour mener à bien cette découverte, les enfants doivent toucher, écouter, regarder, ressentir, goûter, palper mais aussi plonger en totalité dans le milieu. Une étape importante pour découvrir d'abord et comprendre ensuite cet univers marin qui s'offre à eux. On ne respecte que ce que l'on connaît et ressent ; on ne peut vivre bien qu'avec ce que l'on respecte…Pour réussir notre pari, la mise en synergie des actions d'artistes, de scientifiques, d'animateurs, de professionnels de la mer, de moniteurs de sport est nécessaire. Car peut-on restreindre la découverte de l'Océan à une sensibilité d'artiste, à l'exposé d'un biologiste marin au vécu d'un pêcheur ou à l'apprentissage d'une technique d'immersion ? Les JEPE affirment qu'il faut tout cela à la fois, une éducation pluri-factorielle qui passe notamment par la connaissance, la découverte, la sensibilité et...l'émotion ! "


Organisation et historique des JEPE

De tels objectifs devraient faire l'unanimité. Et pourtant, les JEPE suscitent des critiques et même des tentatives de sabotage régulières. Les journées s'adressent avant tout aux enfants membres de clubs de plongée et durent cinq jours au mois de mai. Elles sont nées à Banyuls en 1991 où elles sont restées jusqu'en 1993. Pourquoi la FFESSM a-t-elle décidé, cette année-là de créer les RIPE (Rencontres Européennes de la Plongée des Enfants) précisément à Banyuls avec le soutien de Gérard Puig, responsable du Rédéris Club de Banyuls, et jusque là chargé de la logistique des JEPE ?
Des responsables fédéraux ont alors prétendu haut et fort, lors certaines manifestations, que l'ARPE et les JEPE étaient morts.

Les JEPE s'installent alors pendant deux ans au Club Med de Cadaquès en Espagne. En 1995, les autorités locales interdisent purement et simplement la plongée aux enfants des JEPE. Certains Espagnols parlent ouvertement de règlements de compte franco-français. Mais chut, il n'y a pas de preuves et les officiels démentent. En 1996, à la demande de la nouvelle municipalité, les JEPE reviennent à Banyuls. Mais les ennuis continuent.


Les huitièmes JEPE en 1998

Le thème de la huitième édition qui s'est déroulée du 20 au 24 mai 1998 à Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) était " La mer entre vos mains ". La découverte du milieu marin en plongée bénéficiait de la compétence d'animateurs biologistes provenant de parcs marins, de réserves et d'établissement nationaux. Les enfants ont participé à de nombreux ateliers de dessin (y compris sous l'eau), de sculpture à partir des objets trouvés en bord de mer, d'expression corporelle. Ils ont confectionné leur journal quotidien, JEPE Info Junior, ils ont contribué à la conception d'une bande dessinée, ils ont joué au photo-reporters, ont participé à des jeux sportifs sur la plage et dans la piscine.

Les JEPE 98 se sont inscrites dans le cadre de l'année internationale des océans proclamée par la Commission Océanographique Intergouvernementale de l'UNESCO. Enfants et adultes ont signé la Charte des Océans éditée à cette occasion.


Les attaques contre les JEPE 1998

La manifestation de 1998 a été régulièrement déclarée à l'avance à la Préfecture Maritime de Toulon qui a pris l'arrêté 43/98 pour réserver des zones protégées pour les jeunes. La mairie a prévenu les professionnels pour les avertir des dispositions prises et tenter d'établir un accord pour un partage d'horaires sur ces zones prisées.
Pourtant, un certain nombre de professionnels locaux ont contesté ces décisions ont même envoyé quelques palanquées d'adultes sur les lieux réservés.

Plusieurs clubs de plongée professionnels ont envoyé une lettre de dénonciation aux administrations, ce qui a provoqué des visites certes légales mais génératrices de contretemps pour une manifestation aussi courte. Sous couvert de protection des professionnels, le ton de la lettre est révélateur de l'état d'esprit des signataires : " Une manifestation, les JEPE, réunit... plus de cent enfants…dans un lieu au bord du port, plus qu'insalubre (un ancien parking désaffecté sous les allées Maillol) ". Il faut savoir que ces locaux ont abrité, à une époque, le Rédéris Club, cosignataire de la lettre. Plus loin : " Nous professionnels de la plongée réitérons notre demande de voir s'appliquer la loi sur ces manifestations sauvages... ".

Une nuit, la fresque sous-marine conçue par André Laban et Christophe Le Gargean et dessinée par les enfants a disparu de son atelier sous-marin. Une plainte a été déposée.

D'autres vols et dégradations inexpliqués concernant le matériel des JEPE se sont produits dans les locaux communaux de Banyuls pendant l'hiver précédent. Pour mémoire, en 1997, le moteur de l'un des bateaux participant à la manifestation a été saboté. Et le club de plongée Cap Cerbère n'a-t-il pas été menacé, l'an dernier encore, pour la simple raison qu'il gonflait les bouteilles de la manifestation ?

Quels sont donc les enjeux ? Pourquoi s'attaquer ainsi à une manifestation pédagogique destinée aux enfants ? Certains auraient-il la nostagie d'une époque où la plongée en France était un monopole ? Seraient-ils incapables de contribuer à des actions communes d'envergure qui profitent à tous ? Ne voient-ils pas que la plongée évolue et que les méthodes et objectifs anciens doivent impérativement évoluer ?

Décidément, le monde de la plongée française reste traversé de querelles de clochers et de haine féroces. Tout cela ne favorisera pas l'arrivée de nouveaux pratiquants dont tous les acteurs ont besoin. La France est considérée comme le pays d'Europe le moins dynamique en ce qui concerne la pratique de la plongée. Certains facteurs y contribuent.


René Beretz, BEES2, beretz@MicroNet.fr,
Directeur technique des JEPE,
Président de l'ARPE