Quelques explications sur les caractéristiques techniques des différents flashs disponibles sur le marché français.

 

Nombre guide

Ce nombre indique la puissance du flash. Plus ce nombre est grand, plus le flash est puissant. C’est une valeur qui est donnée en mètre, à l’air et pour une pellicule de 100 ISO. Ce nombre guide permet de calculer le bon diaphragme pour une distance donnée. Les flashs présentés dans cet article ont des valeurs allant de 17 à 32 mètres. Attention, certains fabriquants indiquent un nombre guide en pieds (système de mesure anglais). N’oubliez pas alors de diviser cette valeur par 3,3 pour la transformer en mètres. Dernier détail pour les fondus de calcul : une fois sous l’eau, le nombre guide du flash se voit diviser par deux à cause de l’absorption de la lumière dans ce milieu.

 

Angle d’ouverture

Cet angle est donné en degré. Il indique la couverture angulaire du flash. Il faut que cette valeur soit supérieure ou égale à l’angle d’ouverture de l’objectif sinon, seule une partie de l’image sera éclairée (effet qui peut parfois être souhaité).

 

Les différents modes de fonctionnements

Les flashs ont en général un sélecteur qui permet de les mettre dans un mode de fonctionnement spécifique. En voici la liste :

T ou mode TTL
Qu’est-ce que le TTL (through the lens) ? C’est un mode de fonctionnement automatique qui déclenche et arrête le flash après une mesure faite par une cellule dans l’appareil sur la quantité de lumière qui a impressionné la pellicule. Cette mesure se fait sur une ou plusieurs zones de l’image selon l’appareil. L’éclair sera donc contrôlé par l’appareil et aura une puissance variable en fonction du sujet pour une même distance. L’éclair sera plus court (donc moins puissant) pour un sujet clair que pour un sujet sombre.

M ou mode Manuel
Dans ce mode, le flash délivre un éclair à pleine puissance lors de l’ouverture de l’obturateur. Un grand nombre de flashs proposent plusieurs positions : 1/2M ou la moitié de la puissance maximale, 1/4M ou le quart, etc.

S ou mode Esclave (Slave)
Dans ce mode, une cellule présente sur le flash va détecter un éclair provenant d’un autre flash et va déclencher l’éclair à pleine puissance. Ce mode permet de déclencher un flash à distance (plusieurs mètres) sans avoir un câble le reliant à l’appareil (utile pour les sujets de taille imposante comme les épaves, etc.)

TS ou mode TTL Esclave
Seul un flash de ce comparatif possède ce mode. Comme dans le mode esclave, le flash réagit à un éclair provenant d’un autre flash. Au lieu de délivrer un éclair à pleine puissance, le flash va se régler sur la durée d’éclair de celui qui l’a déclenché. Si ce flash maître est en mode TTL, le flash esclave réagira à l’ordre d’arrêt de l’éclair, alors qu’il n’est même pas connecté par un câble au boîtier. Cela évite d’utiliser plusieurs câbles pour un appareil à deux flashs. Ce mode peut être obtenu avec n’importe quel autre flash TTL en utilisant la cellule d’asservissement d’Ikelite que l’on place sur le bras du flash à piloter.

 

Temps de recharge & Autonomie

C’est le temps minimum de recharge du flash après un éclair à pleine puissance. Cette valeur à tendance à augmenter rapidement avec l’usure des piles ou des accus. La recharge peut être plus rapide si le flash à été utilisé en mode 1/2M ou à puissance plus faible, ou en mode TTL avec un éclair très court.

L’autonomie du flash est importante, car non seulement il est plus confortable d’avoir une marge de manoeuvre avec un grand nombre d’éclairs en réserve, mais c’est aussi une sécurité. En effet moins le flash est ouvert pour changer les piles ou recharger les accus, moins il y a de chance de le noyer à cause de poussières, cheveux ou sable se déposant sur le joint torique qui garantit l’étanchéité.

 

Température

Cette valeur représente la couleur du flash. Les valeurs au-dessus de 5500K indiquent une lumière plutôt bleue, les valeurs entre 5000 et 5500K une couleur proche de la lumière du jour et les valeurs inférieures à 5000K une présence de rouge accrue. En général, les flashs puissants sont plus " rouges " que les autres pour contrer l’absorption du rouge dans l’eau. De toute façon, le rouge ayant quasiment disparu de la lumière du flash après un parcourt de 8 mètres, le flash devient presque inutile pour des sujets à plus de 4 mètres de distance (car la lumière fait un aller et retour !). On retrouve ces réglages sur les caméscopes qui permettent de régler la balance des blancs.

 

Diffuseur

Un diffuseur est un cache en plastique que l’on place devant le flash afin d’augmenter la couverture angulaire de celui-ci. Cela permet d’utiliser des objectifs de focale plus courte (donc d’ouverture angulaire plus grande). Pour les flashs puissants, le diffuseur permet aussi d’adoucir la lumière et de rendre les ombres moins tranchées. Le défaut de tout diffuseur est de diminuer l’intensité lumineuse de l’éclair et oblige le photographe à corriger l’ouverture d’une ou deux positions et donc de perdre en profondeur de champ.

 

Autres gadgets

Il existe d’autres fonctionnalités sur certains flashs :

 

Utilisation de deux flashs simultanément

Il n’est pas nécessaire de modifier le réglage de sensibilité du film lorsqu’on utilise deux flashs, car le but n’est pas d’éclairer deux fois plus un sujet mais d’éclairer différentes zones.. Il est préférable d’utiliser deux flashs qui ont la même " couleur " (températures en K proches l’une de l’autre) pour avoir une lumière uniforme mais il n’est pas nécessaire d’avoir deux fois le même modèle. Un second flash moins puissant peut servir de lumière d’appoint (cet effet peut aussi être réalisé avec un flash de même puissance placé plus loin que le premier).

 

Positionnement du flash

Il est difficile de positionner le flash afin de bien éclairer un sujet. En effet, c’est une vraie science. D'abord, il faut bien viser et ce n’est pas facile. A cause du grossissement de l’eau, les objets ne sont pas là où nous les voyons mais " un tiers de distance plus loin ". Donc il faut toujours viser derrière l’objet. Le meilleur moyen de corriger ce problème d’optique est d’avoir une lampe qui éclaire le sujet selon le même axe que le flash. Les flashs hauts de gamme proposent une lampe halogène intégrée. Sinon, il faudra bricoler soi-même un système de visée avec une petite lampe et des élastiques.

Ensuite, il faut éviter d’avoir l’axe du flash parallèle à l’axe de l’objectif car vous allez éclairer à pleine puissance les particules en sustentation dans l’eau, qui créeront des tâches lumineuses sur vos photographies. De plus cela aura pour effet d'écraser les volumes de votre sujet en effaçant toute ombre. Il faut donc écarter le flash de l’appareil le plus loin possible tout en éclairant le sujet. Nous pourrions en parler pendant des heures...


Remerciements :

Sport Plongée
Nikon France
Airdiff / Suunto
Les Argonautes, Subchandlers Bordeaux

Stéphane ROCHON