Les "Snorqueleurs"

Par Cédric Verdier

 

Snorkeling : Nom masculin, de l'anglais "Snorkel" , tuba. Désigne une activité de promenade aquatique à l'aide de deux palmes, d'un masque et d'un tuba. Synonymes : randonnée palmée, P.M.T., Tuballade.

Seule une étude approfondie permet de comprendre réellement la vie et les mæurs du Snorkeler. Jusqu'à maintenant, peu de chercheurs se sont intéressés à ce mammifère étonnant, produit d'une volonté populaire de découvrir les plaisirs du monde sous-marin, sorte de Golem issu d'un désir d'aventures subaquatiques.

Le Snorkeler fréquente beaucoup les plages et les criques habitées, essentiellement l'été, où il évolue dès son plus jeune âge à la recherche de traces de vie d'origine végétale, animale, ou hélas humaine. Bien que l'instinct grégaire soit assez fort, on peut discerner néanmoins de forts velléités d'indépendance qui ne peuvent être toujours assouvies. Le Snorkeler se promène à la surface de l'eau, le plus souvent chaude et salée, et y effectue quelques incursions en apnée. Il en ramène des proies de diverses natures, la plus pacifique sous forme de photos sous-marines. A noter que l'âge du Snorkeler peut être très variable, tout comme son sexe et ses capacités physiques. Les Snorkelers se comptent par millions en France, durant la période estivale. La période d'hibernation dure de longs mois.

Les scientifiques ont trop longtemps confondu le Snorkeler avec des espèces voisines : les chasseurs sous-marins, les apnéistes et les plongeurs en scaphandre. Cette confusion a engendré un oubli total des Snorkelers dans les activités de tourisme aquatique. Les plongeurs ont accès à des bateaux les amenant sur des sites intéressants. Pas le Snorkeler. Le terrain de jeu du Snorkeler est par conséquent limité au bord, là où l'eau est plus trouble et moins poissonneuse. Pas moyen de se mélanger aux plongeurs sur un bateau, et encore moins d'avoir accès à un bateau réservé au snorkeling. Ce ne serait pourtant pas un rêve que d'imaginer des structures accueillant le Snorkeler, lui proposant du matériel, des appareils photos et des conseils adaptés, le traitant pour ce qu'il est, et non comme un sous plongeur manquant de courage, et le transportant sur des roches peu profondes. Le but ne serait pas d'obtenir une mutation pour en faire des plongeurs scaphandres, ce que certains feraient de toute manière, mais plutôt de offrir aux Snorkelers des services correspondant à des besoins différents et pour le moment complètement oubliés. Une espèce très proche, le Snorkeler tropical, a beaucoup plus de chances à ce niveau car nombreux sont les bateaux qui l'accueillent. Et pas seulement pour remplir les places laissées libres par les plongeurs.

(Paru dans Plongée Magazine)