Une question de vocabulaire

Par Cédric Verdier

 

Passionnés du monde sous-marin, nous pratiquons la plongée en scaphandre autonome. Mais là où cela se complique, c'est que le concept de scaphandre est immanquablement associé au scaphandre à casque. Le scaphandre à casque ? Celui que l'on appelle le " Pieds lourds ".
En plongée, tout est une question de vocabulaire, et si notre activité souffre d'un problème d'image, c'est aussi un problème de mots pour en parler. Certaines institutions l'appellent Plongée sportive alors que la nouvelle tendance parle plutôt de Plongée loisir, voire même de Plongée récréative. Autant d'appellations qui recouvrent une même réalité.
Pire encore, la vague de la Plongée Technique venue d'Outre Atlantique. On y appelle Technical Diving ou Plongée Tek (ou Tech ?) les plongées imposant l'utilisation de techniques perfectionnées permettant d'aller plus profond, d'y rester plus longtemps ou d'emporter des équipements encore peu courants. Pourtant lorsque l'on parle de plongées techniques en France, il n'est pas rare d'y voir associé une simple plongée d'enseignement de tout niveau. Apprendre à vider son masque à un débutant fait l'objet d'une plongée technique. C'est la célèbre dualité " Explo ou technique ? ".
Et ce n'est pas la seule difficulté liée au vocabulaire. Parlons de la plongée professionnelle. Elle est automatiquement opposée à la plongée amateur. Pas du tout. On peut être amateur de plongée professionnelle et être un professionnel de la plongée amateur. Vous suivez toujours ? Les anglais ont cru résoudre le problème en désignant le scaphandrier professionnel par Commercial Diver, plongeur commercial. Qu'en est-il alors du moniteur de plongée qui exerce son activité dans un but commercial ?
Quelqu'un soulignait récemment que le moniteur lui même n'est pas épargné par cet imbroglio sémantique puisqu'on le désigne aussi bien sous le nom de moniteur que sous celui d'instructeur. Et là, vive réaction de ceux qui s'écrient qu'un instructeur est un formateur de moniteur. C'est à n'y rien comprendre et c'est peut-être cela un des problèmes de la plongée. Il nous manque les mots pour désigner cette activité pratiquée par le plongeur.
Ah j'oubliai ! Quand on parle de plongeur, s'agit-il d'un scaphandre autonome, de quelqu'un qui fait un plongeon, d'un laveur de vaisselle ou d'un apnéiste. Difficile de s'y retrouver.