Echouages mystérieux de dauphins (mars 98)

 

Depuis fin janvier de mystérieux échouages de dauphins se produisent dans la région de Perpignan (FRANCE).

Régulièrement accusés de la disparition des dauphins : les pêcheurs.
Deux techniques de pêche sont régulièrement incriminées : les filets dérivant et les chaluts pélagiques.

On estime que lorsqu'il croise un banc de dauphin, un chalut pélagique peut capturer en moyenne une dizaine d'individus. La fréquence de la pêche avec cette technique à pour effet d'appauvrir considérablement la faune locale, et donc la nourriture du dauphin.
Malgré une cohabitation houleuse entre pêcheurs et dauphins (ces derniers étant souvent accusés de nuisances par ces premiers) rien ne permet à ce jour d'affirmer que les pêcheurs seraient à l'origine de ces échouages mystérieux.
Habituellement, les pêcheurs font disparaître les corps des dauphins en leur ouvrant le ventre pour qu'ils coulent ou en les lestant, avec une batterie de plomb par exemple.
Signes particuliers : les dauphins en question ont une blessure à la base de la mâchoire, mais aucune trace de filets ou de blessure mortelle.


Léo Sheridan, un anglais, présenté comme expert en accidents maritimes, avance l'hypothèse de dauphins dressés par l'US navy qui encadreraient les navires et sous-marins se rendant à proximité de l'Irak. Ces dauphins lorsqu'ils s'évaderaient seraient alors exécutés par leurs dresseurs, leur collier émetteur étant (dans cette hypothèse) piégé. Pourtant à l'heure actuelle aucune trace d'explosif ou de projectile n'a été retrouvée sur ces dauphins. Il est reconnu que l'US navy utilise des dauphins domptés, toutefois nous ne pouvons envisager cette hypothèse qu'avec beaucoup de prudence pour ne pas dire de doutes.
Le phénomène semblant étrangement localisé, nous pouvons penser que si l'hypothèse de Léo Sheridan était juste, les échouages ne se feraient pas que sur cette partie des côtes françaises et toucherait d'autres régions côtières et pays méditerranéens, hors nous n'avons aucune information à ce propos.


Jean Pierre SIDOIS, responsable de l'association "SOS grand bleu", que nous avons contacté par téléphone, s'exprime à ce sujet :
"Cette thèse de dauphins de l'US navy est farfelue. Les dauphins échoués sont tous des dauphins bleu et blanc (stenella coeruleoalba), une espèce qui ne se laisse pas dresser et les militaires américains utilisent des dauphins Tursiops. De plus aucune blessure mortelle n'a été retrouvée sur les corps, une explosion ferait plus de dégâts."


Contrairement à ce que disent une grande partie des médias, ce type de blessure n'a rien de très nouveau. Jean Pierre SIDOIS a fait l'an dernier un rapport sur des blessures semblables. C'est tout naturellement qu'il a donc été contacté pour collaborer à l'enquête :
"Ces blessures à la mâchoire sont superficielles (2 à 3 cm), l'os n'étant pas attaqué, et on peut imaginer qu'elles auraient été faites par des oiseaux sur les cadavres."


La thèse d'un safari dauphin s'en trouve par la même occasion balayée.

L'hypothèse qui semble aujourd'hui la plus crédible, est celle de la maladie ou de l'empoisonnement. Les scientifiques savent que la plus grosse cause de mortalité des dauphins est l'empoisonnement par métaux lourds, issus de la pollution.
Il ne reste plus qu'à attendre les conclusions des autopsies pour en savoir un peu plus et peut être connaître la vraie cause de leur mortalité.


Cette affaire, très médiatisée, a toutefois l'intérêt de poser une nouvelle fois le problème de la défense des Cétacés qui peuplent nos côtes, et dont certaines espèces sont en voie de disparition.

La rédaction.