Le Requin Pèlerin

 

L'association pour l'étude et la conservation des Sélaciens est née en 1997.
Elle venait remplacer le "groupe requin pèlerin", en ouvrant ainsi son champ d'investigation à l'ensemble des Sélaciens (requins, raies).

 

Parlons du Requin Pélerin ...

Le Requin pèlerin, plus grand poisson après le Requin baleine, est une espèce épipélagique finalement peu connue. Ce poisson qui peut atteindre une taille de 12 mètres pour un poids de 3 à 4 tonnes se nourrit exclusivement de plancton et représente donc une espèce totalement inoffensive. Sa répartition est cosmopolite : le Nord et le Sud des océans Atlantique et Pacifique à l'exception des tropiques.

Cette espèce se livre à des migrations de grande amplitude dont les modalités, les causes et les circonstances sont loin d'être précisées.

 

La reproduction est également très mal connue : la viviparité aplacentaire semble être la règle. La gestation est très longue (environ 2 ans) et seuls 1 ou 2 jeunes d'environ 1,5 mètres sont mis au monde. Ce mode de reproduction ne favorise donc pas la préservation de l'espèce qui est encore pêchée aujourd'hui pour son foie riche en huile (jusqu'à 25% du poids de l'animal) notamment en Norvège, en Ecosse et en Irlande sans gestion adaptée.

L'exploitation dans le Sud Bretagne date de l'après guerre et s'est poursuivie jusqu'en 1990 à Concarneau. C'est la raréfaction des Pèlerins, ayant rendu cette pêche de moins en moins rentable en Bretagne, qui à conduit à abandonner cette ressource. Ce phénomène s'observe depuis quelques années dans les pêcheries écossaises ce qui représente peut-être un signal alarmant mais indique de toute façon qu'il serait temps d'entreprendre une étude sérieuse sur cette espèce.

 

Vous désirez prendre part aux recherches ?

Vous pouvez imprimer une fiche signalétique à remplir lors d'observation de spécimens de Requins Pèlerin.

Vous pouvez aussi découvrir le site Web de l'association pour l'étude et la conservation des Sélaciens.

 


Les textes et images sont protégés (droits d'auteur). Leur copie pour diffusion publique ne peut se faire sans accord de leurs auteurs respectifs. Tout contrevenant s'expose à des poursuites judiciaires.