ELLE OFFRE DE SOMPTUEUX PAYSAGES

Grande-Terre : rivages de cartes postales



La Grande-Terre est séparée de Basse-Terre par un bras de mer d'eau saumâtre. Sèche et plate, la région diffère totalement de sa voisine, Basse-Terre.


LE LAGON

Lorsque l'on survole la Guadeloupe, avant d'atterrir sur les pistes du tout nouvel aéroport Pôle Caraïbes, on aperçoit à travers les hublots le récif barrière qui borde le nord de la Guadeloupe. Evidemment, il ne s'agit pas d'un récif immense tel qu'on peut le trouver dans le Pacifique sud, mais pour débuter la plongée, quoi de mieux que ces eaux translucides qui nous tendent les bras ? Surnommée " L'île aux belles eaux " (Karukera) par les Indiens premiers habitants de ces lieux, la Guadeloupe est baignée par l'Atlantique et la mer des Caraïbes. La température de l'eau varie entre 25 et 28°C, la visibilité atteint facilement 30 mètres et les sites de plongée sont souvent peu profonds (moins de 30 mètres). Autant dire que les conditions sont idéales pour se jeter au bain !


Le récif est visible d'avion.
Yann Saint-Yves ©




MYSTERIEUX


Une féérie de fleurs
rouges flamboyantes.
Yann Saint-Yves ©


L'arbre le plus typique de la Guadeloupe est le flamboyant (delonix regia). Vous ne pouvez pas échapper à la vision de ses fleurs rouges qui flamboient comme des lampions un soir de Carnaval. Originaire de Madagascar, cet arbre s'est acclimaté dans tous les pays tropicaux. D'une hauteur de 15 à 18 mètres, il est particulièrement apprécié comme arbre à ombrage grâce à la couronne en forme de parasol qu'il offre en son sommet. On le trouve partout, au bord des routes, dans les jardins, dans les parcs. Une variété jaune existe aussi, mais elle est moins explosive que la rouge, dont l'île de Puerto Rico a fait son emblème.



SAINT-FRANCOIS

La côte sud-est va de Pointe-à-Pitre à Saint-François, en passant par Gosier et Sainte-Anne. Toutes ces stations balnéaires s'enchaînent le long de la côte. Entre cocotiers et raisiniers (coccoloba uvifera), les petites plages tranquilles se déclinent pour peu que l'on ait envie de sortir de la nationale qui longe le bord de mer. Comme celle du Bois Jolan... S'offre alors à nos yeux éblouis une merveilleuse palette de couleurs : tonalités de verts qui se confondent dans des bleus azurés, jaunes d'or du sable fin tel qu'on peut le rêver dans une métropole embrumée et polluée, blancheurs éclatantes qui font cligner des yeux. Eau chaude, à température idéale : on ne peut rêver mieux.


Idyllique, cette vision de carte postale!
Yann Saint-Yves ©




SAINTE-ANNE


Dommage que l'on tue les diodons pour les vendre...
Yann Saint-Yves ©


Jolie bourgade, Sainte-Anne est située à 20 kilomètres à l'est de Pointe-à-Pitre. Autrefois, elle fut un grand centre cannier. Aujourd'hui, elle offre un panorama superbe, avec une plage absolument splendide, même si les voitures longent de trop près ce petit havre de beauté. Un village " artisanal " regroupe des petites boutiques où l'on déniche des idées de cadeaux, tee-shirts, maillots de bains ou autres madras. Qu'importe que la plupart de ces souvenirs soient fabriqués en Indonésie ou ailleurs ? Dommage aussi que sur les marchés, nous ayons été confrontés à la vision de coquillages magnifiques destinés aux touristes. Comme ces diodons, qui ont été tués après avoir été stressés pour mieux être gonflés. Même chose aussi pour le lambi (strombus gigas), l'un des plus jolis coquillages des Antilles, et le bénitier (tridacna species), mais qui se raréfient, victimes d'une pêche intensive, alors qu'ils sont protégés par la convention internationale de Washington.



LA POINTE DES CHATEAUX

La mer des Caraïbes et le golfe du Mexique couvrent une surface de quatre millions de kilomètres carrés. Leur profondeur moyenne est de 2200 mètres. Ils sont séparés de l'Atlantique par l'arc insulaire des Antilles.
A l'extrémité est de la Guadeloupe, un étrange paysage nous attend. Les cocotiers ont disparu, les plages de sable blanc aussi. On pourrait se croire à Belle-Ile ou à la Pointe du Raz. Les falaises abruptes plongent dans l'Océan, les vagues s'ébrouent sur des rochers ciselés par le temps et les embruns. Au loin, on aperçoit la côte de la Désirade. La promenade est facile pour monter jusqu'à la grande croix blanche qui domine l'endroit. En haut, évitez de vous pencher, les rochers sont friables et quarante mètres vous attendent... Attention aussi aux enfants imprudents.


Lorsque la Guadeloupe se fait bretonne.
Yann Saint-Yves ©




TYPIQUE


Odeurs et saveurs tropicales fouettent les sens.
Yann Saint-Yves ©


Un voyage aux Antilles ne saurait être parfait sans une dégustation des saveurs nouvelles qu'offre le pays. La cuisine créole mélange diverses épices, dont l'anis étoilé, la cannelle, la coriandre, le safran, le gingembre, le colombo, les clous de girofle. Au marché, les doudous se feront un plaisir de vous faire découvrir les différentes utilisations et associations d'épices.
Le rhum est aussi incontournable. Qu'il soit appelé dégusté en ti punch (citron vert, sirop de canne, rhum), en ti-5 (une demi mesure) ou en CRS (citron, rhum, sucre). Ensuite, viennent différents mélanges, à base de jus de fruits, mangue, papaye, goyave.... qu'on appelle " planteur ". Plongeurs, abstenez-vous tout de même de vous gaver de ti punch avant de descendre ! Par contre, votre club se fera un plaisir de vous offrir un planteur léger au sortir de l'eau... Tradition oblige.

Martine Carret




Guide Pratique

En savoir plus :

Consulter notre sélection de livres.