UNE NOUVELLE ACTIVITE EST OFFERTE AUX HEURES SAINES

Sur la trace d'Antan



Il n'y a pas que la plongée dans la vie. Parfois, après des séjours répétés sous l'eau, il faut savoir lever le pied et se reposer. Ce qui ne signifie pas pour autant buller autour de la piscine !


Au centre des Heures Saines, de nombreuses affiches placardées sur le mur proposent des activités pour enrichir son séjour-plongée. On peut aller tutoyer les cétacés, sortir aux Saintes, aller plonger à Petite Anse... En bref, on ne s'ennuiera pas, même si on reste sur place quinze jours.

Une annonce attire l'œil : " Randonnée pédestre en moyenne montagne et forêt tropicale ". Que regroupe ce terme ? S'il s'agit de crapahuter dix heures sous la pluie, il y a des amateurs pour ce genre de choses, mais nous préférons encore rester sous l'eau... Moins fatiguant !


Hervé Hulin est titulaire d'un monitorat d'alpinisme.
Yann Saint-Yves ©



La rivière offre de jolis sous bois.
Yann Saint-Yves ©


" Mais non, il ne s'agit pas d'un raid ! ", rigole Hervé Hulin, interrogé sur le sujet. Moniteur de plongée aux Heures Saines, il dispose en outre d'un brevet d'état premier degré d'alpinisme et a donc été chargé d'encadrer cette sortie. " Il s'agit d'une promenade de découverte à travers la forêt. Nous marchons le long du lit d'une rivière et nous discutons des espèces rencontrées. C'est adapté à tous les âges et il ne s'agit pas de faire une marche forcée. On avance au rythme du groupe, tranquillement et je suis là pour aider ceux qui éprouvent des difficultés lors des passages de gué par exemple. Mais il n'y a rien de compliqué dans cette balade. "

Bon, puisqu'il le dit... Quelques recommandations tout de même avant de se lancer dans l'aventure : " N'oubliez pas votre coupe-vent, il y a souvent des ondées, vos chaussures de marche, et une bouteille d'eau ! "
Rendez-vous est pris très tôt le lendemain matin : 8 heures. Le soleil est déjà debout depuis longtemps. Nous partons sur le sentier choisi par Hervé. En voiture depuis le club, puis à pied, sur une colline qui domine le village de Pigeon. On redescend doucement sur un chemin bétonné. Pour l'instant, rien de bien difficile...



Esclavage

Hervé s'arrête devant un arbre au tronc hérissé de piquants. Personne dans le groupe n'en connaît le nom : " C'est un fromager ", explique-t- il. Apparenté au baobab, le bombax ceiba possède un tronc de dimension remarquable. Il fleurit de janvier à février, mais là, il est dépourvu de ses fleurs rouges. " C'est un arbre chargé d'histoire, poursuit-il. Il servait autrefois à punir les esclaves... " Un silence grave s'installe. La gentillesse des habitants, la douceur de vivre du pays, nous ont fait oublier ce qui s'est déroulé ici il y a quelques centaines d'années... " Dès qu'un esclave devait être puni sur une plantation, on se servait du fromager. L'homme était attaché à ce tronc piquant par des liens de cuir mouillés, qui séchaient au soleil et se resserraient. Vous imaginez sans peine la douleur qu'il pouvait ressentir. Aucune plantation digne de ce nom n'existait sans fromager à proximité. "
Le groupe reprend sa marche pensive...

En contrebas, la rivière nous accueille. Des habitants y font leur lessive paisiblement. Nous commençons à nous enfoncer sous le couvert de la forêt tropicale. Des gouttes de pluie se font entendre sur nos têtes, mais la végétation est si dense que l'eau ne parvient pas jusqu'à nous. Nous marchons sous la pluie, mais sans en subir les affres...


La lessive s'effectue
parfois encore à la main.
Yann Saint-Yves ©



La marche se déroule
paisiblement.
Yann Saint-Yves ©


Nous suivons le lit de la rivière. Parfois, nous marchons au milieu, lentement, en cherchant des appuis car les rochers sont glissants. Rassurant, Hervé est toujours présent pour tendre une main secourable.

Jardin naturel

Il s'arrête devant une termitière, déniche des termites et explique comment les déguster : " Vous en déposez une au coin des lèvres et vous croquez. Vous sentirez ainsi le goût poivré qui s'en dégage. " Nous testons, une fois, deux fois... Plus loin, il nous montre un cacaoyer, dont raffole le pic noir. Mais de chocolat, point ! Il ne faut pas rêver, les tablettes ne poussent pas sur les arbres.

Il y a aussi l'arbre à pain (autocarpus altilis), au fruit vert verruqueux. Originaire de Polynésie et des îles de la Sonde, cette espèce devint célèbre lors de la révolte du Bounty. Le fameux capitaine Bligh ayant été chargé d'en transporter depuis l'archipel malais jusqu'au nouveau monde. Grillé, le fruit de l'arbre à pain est excellent. Enterré, il devient un fromage fermenté.


Qui osera goûter
aux termites?
Yann Saint-Yves ©


Après une pause-dégustation, où Hervé sort de son sac à dos des ananas qu'il découpe en tranches, des mangues, des oranges, il nous démontre que les esclaves en fuite, qui se cachaient en forêt tropicale, pouvaient se nourrir facilement avec tous les fruits et agrumes qui s'y développent naturellement. Il déniche une espèce de bégonia, dont les feuilles sont délicieuses en salade, des fruits d'igname (dioscorea species), tubercules qu'on déterre au pied des arbres. Riches en amidon, ils constituent un aliment de base dans beaucoup de pays à travers le monde.

La vanille (vanilla planifolia) elle aussi pousse en forêt tropicale : " Saviez-vous qu'il s'agit d'une orchidée géante ? ", souligne Hervé.
Et puis, il y a tous ces arbres utiles, comme le calebassier (crescentia cujete), dont les fruits durs, vidés de leur pulpe servaient à fabriquer des plats et des récipients en tous genre. Le figuier maudit, lui, est un arbre parasite qui étouffe les autres arbres. Pour punir leurs maîtres, les esclaves qui construisaient des habitations n'hésitaient pas à cacher quelques graines au sein des murs. Des années plus tard, l'envahissante plante prenait possession des lieux. Une revanche à long terme.


Une pause avec
dégustation
de fruits tropicaux.
Yann Saint-Yves ©


Nous ressortons de la forêt sans être épuisés. La leçon d'histoire a été fructueuse et personne n'oubliera le fromager...



Martine Carret




Guide Pratique

  • Adresse utile:

    Les Heures Saines
    Le Rocher de Malendure
    97132 Pigeon-Bouillante
    Tél : 05 90 98 86 63 ou 05 90 98 71 62
    Fax : 05 90 98 77 76
    Email : heusaine@outremer.com
    Site web : www.heures-saines.gp
    Tarif: 30 euros la sortie, 20 euros pour les 10-14 ans.

  • En savoir plus :

    Consulter notre sélection de livres.