Verte Guadeloupe




FORMALITES

La Guadeloupe est un département d'outre-mer, un DOM. La juridiction qui s'y applique est la même que celle de tous les départements français, que ce soit le Finistère ou le Var. Les ressortissants tricolores n'ont besoin que d'une carte d'identité pour y entrer. Mais si vous désirez effectuer une virée sur une des îles des Caraïbes, comme la partie hollandaise de Saint-Martin par exemple, munissez-vous néanmoins de votre passeport.
Pour les membres de la Communauté Economique européenne, le passeport est suffisant.


L'île de la Désirade appartient à l'archipel de la Guadeloupe.
Yann Saint-Yves ©


GENERALITES

Les géographes parlent de " Guadeloupe et de ses dépendances ". L'île principale a la forme d'un papillon, avec deux ailes déployées. Elle est composée de Basse-Terre, verte et luxuriante avec le fameux volcan de la Soufrière et Grande-Terre, avec ses plages de sable fin. L'aéroport international Pôle Caraïbes, à Pointe-à-Pitre est situé sur Grande-Terre, qui est séparée de Basse-Terre par un bras de mer que surplombent deux immenses ponts.
Les dépendances de la Guadeloupe s'appellent Les Saintes, avec Terre-de-Haut et Terre-de-Bas, Marie-Galante, la Désirade et Petite Terre, un îlot uniquement habité par des iguanes. Chacune de ces îles revendique haut et fort ses spécificités.
Comme dans tout pays tropical, il y pleut beaucoup, spécialement de août à décembre. L'air est lourd, 30°C, pendant cette saison dite " humide ". La haute saison (prix plus élevés) ou saison " sèche " s'étale de février à avril. Prévoyez néanmoins des crèmes solaires, car vous avez vite fait de brûler !


Yann Saint-Yves ©

CREOLE

Souvent fort difficile à comprendre, la langue créole est nasillarde, omettant les " r " et traînant les fins de syllabes.
Pas de problème : pa ni problèm
Où es-tu allé ? Ou sa ou allé ?
Métropolitain : z'oreille
Il pleut : La plie ka tombé
Epicerie : lolo
Fais-moi un punch : ba moin an ti punch

Proverbes créoles :
Avant de te marier, c'est " chérie ", après, c'est " si j'avais su "...
Les femmes aiment les commérages comme les abeilles le sirop.


Yann Saint-Yves ©

FLORE

Rien n'est plus superbe que les flamboyants (delonix regia) qui bordent les routes et qui lancent vers le ciel leurs bouquets de fleurs rouges. Rien n'est plus exaltant que les oiseaux de paradis (strelitzia reginae), les héliconies aux fleurs qui retombent, les alpinia, les anthuriums, les orchidées ou les pachystachys lutea (ci-contre). Pour les amoureux de la nature, la Guadeloupe est un pays riche. N'oubliez pas de vous munir d'un guide de botanique car si vous visitez les tropiques pour la première fois, vous aurez bien du mal à mettre un nom sur les espèces rencontrées.


Des fleurs superbes mais inconnues.
Yann Saint-Yves ©


FAUNE

De nombreux oiseaux hantent la forêt tropicale. Si vous ne les voyez pas de prime abord, vous les entendrez chanter. Le lori ci-contre étale ses plumes au jardin botanique de Deshaies, mais les colibris, aux ailes virevoltantes et vivaces vous surprendront, tout comme les sucriers à poitrine jaune, petits oiseaux nommés ainsi à cause de leur amour du sucre. Si vous avez de la chance, vous les découvrirez perchés sur votre table le matin, à la recherche de douceurs. Pas farouches, les petits malins connaissent les horaires des petits déjeuners !


Un lori nous accueille
gentiment.
Yann Saint-Yves ©


ANECDOTIQUE

La saintoise est une embarcation typique de l'archipel guadeloupéen. C'est un canot bien spécifique, qui était autrefois construit aux Saintes. Traditionnellement, la saintoise était équipée à l'avant d'un foc, à l'arrière, d'une grande voile triangulaire. Construite en bois de pays, membrures en poirier, coque en acajou. Aujourd'hui, les matériaux ont changé : contreplaqué et fibre de verre. Le design aussi a évolué pour être adapté aux moteurs actuels. Ce type de bateaux permet de s'adonner à la pêche côtière, à la senne ou à la traîne.


Une saintoise au nom évocateur.
Yann Saint-Yves ©


SOUVENIRS

Par pitié, évitez d'acheter des coquillages estampillés Guadeloupe, comme ces cônes, ces porcelaines qu'on peint, qu'on sculpte et qu'on détruit pour vendre sur des étalages de marché... Nous en avons trouvé avec le mot Guadeloupe gravé ou bien encore avec tous les signes astrologiques. Nous ne saurions trop vous pousser à boycotter ce type de marchands. Si la demande diminue, l'offre baissera d'autant. Tant mieux pour les pauvres animaux qu'on sacrifie pour le plaisir de quelques touristes, qui, une fois rentrés chez eux, oublieront aussi vite le coquillage en question au fond d'un tiroir, sans penser que la population est en voie de disparition.


Evitez d'acheter des porcelaines.
Yann Saint-Yves ©


CADEAUX

Vous aurez le choix entre des poupées en tissu traditionnel (madras), des épices aux mille parfums inconnus et délectables, de la vanille, du rhum, des confitures de papaye ou de mangue. Toutes ces délicieuses saveurs qu'on ne trouve pas en métropole. Ou bien encore des pains de cacao ou du légendaire rhum ! Renseignez-vous auprès des douanes avant d'en rapporter dans vos valises !


A rapporter...
Yann Saint-Yves ©


PHOTOS

Evidemment, vous devriez trouver tout ce qui touche au matériel photo un peu partout. Néanmoins, des précautions s'imposent. Il n'est pas évident de dénicher la pellicule que vous voulez au moment où vous le voulez, ou la batterie adéquate. La solution qui s'offre à vous est de venir avec votre stock personnel. Pour ce reportage, nous avons utilisé des pellicules diapos Fuji Sensia de 100 ASA pour les images sous-marines. La pellicule employée en terrestre est la Fuji Velvia 50 ASA. Cette sensibilité donne des couleurs extraordinaires, notamment à la tombée du soleil, vers 17-18 heures. Si vous partez à un moment moins clément et que le ciel est couvert, prenez une sensibilité plus forte. Pour les soirées, ayez recours à de la 200 ou 400 ASA.