UNE PROFUSION D'ORGANISMES COLORES DONNENT VIE A LA MER ROUGE

Des jardins zen



Les sites de plongée en Jordanie sont peu nombreux : une vingtaine au total, mais largement suffisants pour un séjour d'une semaine. La facilité d'accès aux spots, la bonne visibilité et l'absence de courant sont des atouts non négligeables pour les débutants. Pour les confirmés, Aqaba est l'occasion de se pencher plus en détail sur l'écologie des espèces.


VORACE

Les porifères sont des animaux pluricellulaires aux cellules très peu diversifiées. En fait, un spongiaire, appelé aussi éponge, ne constitue qu'une masse cellulaire. Pour la plupart des espèces, le corps a la forme d'un gobelet ou d'un tuyau. Les parois sont percées d'orifices inhalants qui lui permettent de respirer et de se nourrir.
L'espèce exposée ici : l'éponge perforante rouge (cliona vastifica) se trouve dans des endroits sombres, et souvent en profondeur. Elle recouvre les coraux morts ou abîmés, coquillages ou substrats calcaires d'une lame de quelques millimètres. Le calcaire est dissous par des sécrétions acides. Elle étend peu à peu sa progression sur toute la surface de son hôte, qu'elle finira par détruire complètement. Proches parents des limaces, les nudibranches sont friands des éponges et on en trouve souvent à leur proximité.


Yann Saint-Yves ©

FAMILIER


Martine Carret ©

L'un des plus jolis poissons rencontrés en mer Rouge est sans contexte le labre à franges (cheilinus lunulatus). Sa livrée est à dominante verte, avec un corps qui vire au jaune au milieu. Il possède une tâche jaune sur le bord de l'opercule, près de l'oeil. Sa nageoire caudale se termine par des franges de couleur violette. Ce somptueux animal est territorial. Il vit sur une surface délimitée et se charge d'expédier hors de son secteur tout concurrent un peu trop curieux. Il est aussi peu craintif et n'hésite pas à vous suivre, voire vous coller à la combinaison, tout au long de votre plongée. Il n'est pas rare de croiser des individus de plus de cinquante centimètres de long.

STRESS

Ce tétraodontidé, dont la taille peut atteindre trente centimètres, est un poisson solitaire, qui vit près des récifs frangeants, si possible installé près du corail (ici posé sur une table d'acropora). Variété endémique à la Mer Rouge, le poisson-globe masqué (arothron diadematus) peut se gonfler comme les poissons-porc-épic ou les poissons-ballons s'il se sent menacé. Ne jouez pas avec sa vie, ne l'excitez pas pour voir de quelle manière il se gonfle, car si vous le stressez, il peut mourir d'une crise cardiaque.


Yann Saint-Yves ©

MAGNIFICENCE


Martine Carret ©

Depuis plus de 500 millions d'années les récifs forment un écosystème unique au monde, qui couvre aujourd'hui environ 600 000 kilomètres carrés à travers le globe. L'architecture des formations coralliennes est une véritable merveille pour les yeux. Formes allongées, rondeurs cervicales, tables, dentelles, éventails... Tout ce qu'on peut imaginer est représenté dès la surface, jusqu'à une trentaine de mètres de profondeur en moyenne. Pour que ces organismes vivent, une certaine température (jamais au-dessous de 20°C), un taux de sel constant et une intensité lumineuse importante sont nécessaires. Composés d'une infinité de microscopiques polypes, ils présentent la particularité d'avoir un squelette extérieur. C'est ce que l'on voit, qui donne naissance au récif et le construit patiemment.

BROYEUR

Parents directs des labres, les poissons-perroquets appartiennent à la famille des scaridés. Phytophages (herbivores), ils n'hésitent pas à venir grignoter des substances plus dures, notamment le corail. Les poissons-perroquets tiennent leur nom du bec dont ils sont affublés. Composé de deux plaques inférieures et de deux plaques supérieures, cet instrument leur permet de " brouter " le corail avec une vigueur étonnante. Sous l'eau, il n'est pas inédit d'entendre les sons produits par leur mastication. Les perroquets offrent des livrées multicolores et difficilement descriptibles. En général, les mâles sont plus colorés que les femelles et la couleur change en fonction de l'âge. Ci-contre, une femelle perroquet bleu ou machoiron (chlorurus gibbus), endémique à la Mer Rouge.


Yann Saint-Yves ©

Martine Carret





Renseignements :

Royal Diving Center
Aqaba
Southern Coastal Road
PO Box 941299
Amman 11194
Jordanie
Email : rdc@jptd.com.jo
Site web : www.jptd.com.jo
Tél: (962) 3 203 27 09
Fax : (962) 3 201 70 97
Passages de brevets PADI, instructeurs parlant anglais.
Possibilités d'hébergement.


Guide Pratique :

Consulter notre sélection de livres.