A PRES DE 400 METRES AU-DESSOUS DU NIVEAU DE LA MER

Expérience inédite en Mer Morte



Impossible d'y nager normalement. Sensation de flotter comme un bouchon... La Mer Morte se trouve dans la région la plus encaissée au monde. Ici, nous sommes au-dessous du niveau de la mer (- 394 m). " El ard el maqluba ", bienvenue au " Pays renversé ".


Du haut du mont Nébo, Moïse à vu la Terre Promise et s'est éteint. Depuis, des hommes (dont des moines Franciscains) ont perpétué son souvenir. Du jardin de l'ancien monastère, on peut voir la Mer Morte en contrebas, vers le Sud-Ouest. L'endroit est d'une beauté simple et profonde, et la quiétude de ce lieu s'empare de vous naturellement, en douceur, dans la chaleur bercée d'odeurs suaves et discrètes, indescriptibles. Un endroit propre à la méditation...

Nous quittons cet endroit magique pour prendre la direction de ce lac salé de 980 kilomètres carrés, qui s'étend sur 75 km de long et 16 km de large. Née il y a environ un million d'années quand le continent africain s'est séparé de la plaque de la Turquie et du Moyen-Orient, la Mer Morte " El Bahar el mayit " occupe le fond de la dépression syro-africaine.


Les rochers sont blancs de sel.
Yann Saint-Yves ©


Ici, la concentration en sel est d'environ 300 à 350 grammes de sel par litre (soit 30 à 35%) pour comparaison les larmes déjà salées le sont à 0,9% et les autres mers entre 3 et 4,4% !


Des croûtes de sel se détachent des parois.
Yann Saint-Yves ©


Avec une salinité huit fois supérieure à celle des autres océans, inutile de dire que l'eau de la Mer Morte dans les yeux vous occasionne d'intenses brûlures. Il faut juste se rincer à l'eau douce si cela arrive.

Aux alentours, pas un arbre, pas une fleur, pas une herbe. Pour un peu, le paysage serait lunaire. Cette mer, dont le niveau baisse de près de 70 centimètres par an, dépose derrière elle des sels et des phosphates qui laissent la terre stérile. Presque étouffante, la chaleur de l'air n'est même pas atténuée par la moindre brise.
Imaginez un poisson d’eau douce s’égarant à cet endroit, arrivant d’une des rivières qui alimente cette mer salée à l’extrême : la sentence irrévocable tombe pour lui en moins d’une minute. Rien ne peut survivre dans un tel milieu.




Entrée des artistes

Le rafraîchissement provoqué par le contact avec l'eau est agréable. Vraiment. L'avancée se fait prudemment à cause des obstacles qui se succèdent sous mes pieds. Les galets arrondis sont tout aussi désagréables, puisque le sel qui sature l'eau les a enrobés de cristaux coupants aux arrêtes aiguisées.


Il est heureux: il flotte!
Martine Carret ©


Mon avancée prudente est mise en péril par la rencontre avec une de ces pierres hérissées de cristaux de sels, qui me déséquilibre et me fait m'étaler dans l'eau assez peu gracieusement. Pendant la chute, mes bras s'avancent par réflexe et je mets ma tête le plus en arrière possible, pour éviter l'immersion. L'étrange liquide arrête ma chute avant que mon menton ne touche la surface. Je flotte comme un bouchon !


Coucher de soleil sur la Mer Morte.
Martine Carret ©


En essayant de me mouvoir, je découvre autre chose. Il faut oublier tous vos anciens mouvements de nage, parce que placé sur le ventre, vos pieds sortent de l'eau ! Bon, on fera avec les bras, alors... Je pourrais rentrer en me vantant d'avoir nagé la brasse-papillon pendant une demi-heure, et sans les jambes, encore !

Certains baigneurs moins férus d'exploits sont assis dans l'eau comme dans un transat, les jambes croisées, un journal entre les mains. Adoptant la même position, j'admire ce rivage incroyable fait de pierre et de sel. A cet instant, je ressens encore quelque chose de nouveau sur ma peau, qui semble être devenue extrêmement douce, ou plus précisément glissante. Amusé, je me demande si l'eau salée n'est pas en train de tenter sur moi une osmose sauvage...

Il se fait tard, non pas à la montre -il doit être 18 heures- mais au soleil, qui a pris des teintes rouges depuis un moment, et en fait profiter toutes les montagnes environnantes. Reprenant la direction du rivage à contrecoeur, je sors de l'eau pour rejoindre la traditionnelle séance de massage à la boue que l'on trouve sur la berge, dont les baigneurs s'enduisent en riant à la sortie du bain, avant de se rincer abondamment. Chargée de sable, cette terre pourra se montrer abrasive pour les peaux sensibles, qui s'en sortiront avec, au pire, quelques rougeurs pour la soirée. Mais la coutume est tellement amusante...


De l'hôtel, on aperçoit le rivage israélien.
Yann Saint-Yves ©


Le coucher de soleil se découpe sur les montagnes de l'autre rive, côté israélien. A cet endroit, dès que la nuit sera tombée, les lumières de Jérusalem sortiront de la nuit, en même temps que les premières étoiles...


Yann Saint-Yves





Renseignements :

Mövenpick Spa Resort Dead Sea
Sweimeh
Dead Sea Road
P.O. Box 815538
Amman 11180
Jordanie
Tél: (962) 5 356 11 11
Fax : (962) 5 356 11 22
Piscine, accès direct et privatif sur la Mer Morte.
Hôtel de luxe. Personnel aux petits soins. Repos parfait.
Site Web: www.movenpick-deadsea.com
E-mail: resort.deadsea@moevenpick.com

Traitements, soins et cures thermales, centre de remise en forme :
Site web:thesanctuary.co.uk
E-mail : sanctuary-spa@zara.com.jo


Guide Pratique :

Consulter notre sélection de livres.