Balaenoptéra Musculus, la Grande Bleue...

Cet article nous a été envoyé par Stéphane Coucke du Club Nautique de Percé.




Photo : Stéphane Coucke ©


Certain l'appel le Rorqual Bleu, du Norvégien ror: plis et hval: baleine, bleu pour la couleur gris-ardoise de son patron qui présente des taches plus claires et permettent ainsi l'identification des individus...

Ils étaient environ 200 000 avant l'ouverture de la chasse... On estime maintenant leur nombre dans les deux hémisphères à 9000... La survie à long terme de cette espèce est sûrement la plus problématique.

Heureusement, pour les représentants de notre espèce pour qui la survie à long terme n'est point menacée, il est encore possible d'observer les plus grands mammifères du monde dans le secteur du Golfe Saint-Laurent, qui offre une étonnante diversité. Dès Juin, ces animaux solitaires apparaissent dans le fleuve pour s'y établir durant l'été et une partie de l'automne pour le bonheur des scientifiques, chasseurs d'images et autres passionnés du genre. Pourquoi pas vous ?...

Couvrez-vous bien car à cette époque de l'année, juste au levé du soleil, la température est fraîche ! Après avoir échangé quelques informations avec les pêcheurs de Percé sur les secteurs où ont été repérées des Bleues, nous embarquons et nous partons vers de nouvelles aventures ! La mer dans la Baie de Percé est lisse comme un miroir, seules les zones de courant laissent des taches sombres et ondulées à la surface. Cap plein large, vers le " Banc des Américains ", un haut-fond situé à 12 miles nautique dans la Baie de Gaspé. Là, les courants se rencontrent et offrent un endroit riche en plancton et autres bancs de petits poissons pour les cétacés.


Photo : Stéphane Coucke ©


Plusieurs souffles à l'horizon, on y est... C'est un véritable ballet de queues de Mégaptères, et parmi ce spectacle, une énorme boule de vapeur d'eau nous surgit devant le bateau...une Grande Bleue ! Pendant que les uns sautent sur les appareils photo, les autres prennent le temps à leur montre pour estimer la séquence respiratoire et tenter de calculer la durée d'immersion. L'observation des rorquals Bleus n'est pas évidente, car leur plongée est longue et ils ressortent parfois très loin. Par contre, la séquence respiratoire est précise. La taille imposante et le volume d'eau déplacé par l'animal permet de repérer la zone près de la surface qui va s'aplatir, et où il va reprendre son souffle. Cette respiration rugissante et profonde vous restera à jamais gravé dans votre mémoire... Si en plus vous avez la chance qu'elle sorte la queue, alors là...

Au retour, nous croisons des dauphins à Flancs Blancs qui sautent par dessus un Rorqual Commun et le suivent dans son sillage, en quête de quelques tonnes de Krill

Stéphane Coucke
(Club Nautique de Percé)