Phoca Vitulina, le Loup Marin...

Cet article nous a été envoyé par Stéphane Coucke du Club Nautique de Percé.



Photo : Stéphane Coucke ©



On estime à environ 5 millions de têtes la population des troupeaux de phoques dans la zone du Golfe Saint-Laurent, Terre-Neuve et des Basses Côtes Nord... Soit un nombre à peu près identique à celui des habitants du Québec...

Vers les premières semaines de Juillet, une partie de la colonie de phoques du Parc Forillon, situé à quelques miles nautiques de là, se dirige vers les côtes de l'Île Bonaventure pour y établir "un camp de chasse"...plutôt dire un terrain de jeux !
Effectivement, après une longue migration vers le sud du Golfe et après avoir passé le printemps à l'abri des curieux au pied des hautes falaises du Cap Gaspé, pour mettre bas leurs petits, il est temps de se réchauffer le poil au soleil ! C'est donc par dizaines que des phoques Gris ou Commun débarquent sur les plages de l'île et sur les rochers émergeants à marée basse. Les places au sec sont discutées bruyamment à la nuit tombée, et c'est à cette époque que l'on commence à entendre depuis les côtes, les mugissements sauvages de ces animaux, tel des vieux loups de mer...

Les premières approches sont très furtives, les plus âgés et les plus imposants vont tourner autour de votre bateau pour vous observer et jauger votre attitude. En général, les premiers contacts sont d'abord olfactifs. En faisant surface, le nez au vent, ils vont sentir votre présence et disparaître au moindre mouvement de votre part. Déjà on peut apprécier l'attitude joueuse des individus les moins farouches !

Après plusieurs semaines, les contacts se font au moment où vous vous y attendez le moins ! Le mieux est de partir plonger vers leur site, à marée haute, car à ce moment là, les places au sec sont vraiment rares et toute la colonie est dans l'eau... Il y a des dizaines de petites têtes qui nagent en surface autour du bateau et attendent que vous basculiez pour vous inviter à une partie de cache-cache sous-marin ! D'abord, ça se croise dans tous les sens, ensuite, plus rien... et vous avez l'impression qu'il y a quelqu'un derrière vous... ils sont tous là ! vous sentez vos palmes se bloquer, c'est un phoque qui joue avec, vous sursautez au détour d'un gros bloc, c'est un autre qui vient se coller le museau sur la vitre de votre masque ! Certains pèsent pas loin de trois cents kilos... Nous avons même vu une mère essayant de remonter un plongeur en surface, pensant qu'il apprenait à nager et à respirer ! Il est vrai qu'ils pourraient nous donner une bonne leçon de natation...

Stéphane Coucke
(Club Nautique de Percé)