Xpedition Team - Visite de l'habitacle




Ce jour a été un grand jour : nous avons trouvé un moyen d'entrer dans la carlingue ! Mais reprenons au début.
Tout d'abord, nous sommes descendus Aldo, Eric (Gauchard) et Didier pour le premier groupe et Roberto et Davide pour le binome suivant, dans une mer sombre et froide (dès que le soleil se cache, la température s'en ressent !).


© Xpedition Team

© Xpedition Team

Nous sommes arrivés à 99 m et avons commencé à faire le tour de l'épave. Aldo a repéré des congres particulièrement gros et nombreux et alors qu'il mettait au point son appareil photo, l'un congre d'eux a attaqué sa main gauche, heureusement sans gravité et une bonne tape l'a decidé à rentrer dans son trou.

Après quelques minutes passées à étudier la carlingue de près, nous avons trouvé une première ouverture, sur le coté, mais trop étroite pour que nous puissions nous y glisser. Puis, sur le haut, à l'arrière des ailes, nous avons réussi à dégager une porte.
L'ouverture est assez grande pour passer avec notre matériel, mais c'est le temps qui nous a manqué : après 20 min au fond, nous avons du engager la longue remontée vers la surface. Vivement demain !


Plan de la plongée :
Nous plongeons avec un mélange de trois gaz, c'est le TRIMIX, composé d'hélium, d'oxygène et d'azote. Notre mélange de fond contient 50 % d'hélium, 13 % d'oxygène et 37% d'azote (contre 79 % dans l'air).
La minoration de l'azote nous permet de très peu souffrir de l'ivresse des profondeurs (narcose) et de garder ainsi toute notre lucidité à 100 m de fond.

La moindre concentration d'oxygène par rapport à l'air (21 % dans l'air) évite que l'oxygène ne devienne toxique au fur et à mesure de la descente (pour des questions de pression partielles, l'oxygène contenu dans l'air (21 %) devient toxique après 60 m de profondeur. Il faut alors baisser sa concentration).
Quand nous entamons la remontée, à 54 m, nous passons à un mélange TRIMIX contenant 25 % d'oxygène et 20 % d'hélium.
Puis, à 24 m de profondeur, nous respirons un mélange NITROX (mélange d'oxygène et d'azote) contenant 50 % d'oxygène. La grande concentration d'oxygène (dans la limite de la toxicité à l'oxygène que nous venons d'aborder) permet de chasser l'azote du corps plus vite et de réduire ainsi les paliers de décompression. A 6 m de profondeur nous arrivons au narguilé alimenté en oxygène pur.


© Xpedition Team